AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sarah Brown - Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ð Sarah Brown ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 6
Date d'inscription : 26/02/2013
Métier : Infirmière
Age : 22 ans


MessageSujet: Sarah Brown - Terminée   Mar 26 Fév - 9:11


Feat Kate Upton

Un réveil difficile

Vos yeux s'ouvrent péniblement et le décor flou qui s'offre à vous ne vous semble pas familier. La lumière trouvant son origine sur le plafond se reflète sur les murs d'un blanc cassé, sali par endroit comme la majeure partie des bâtiments de New York. Peu à peu, votre vue s'habitue à la clarté de la pièce et les formes prennent de plus en plus des aspects qui vous sont étrangers. Vous avez en bouche un goût âcre alors que vous ravalez votre salive. Prenant appui sur le bord du lit sur lequel vous vous trouvez, vous vous redressez pour découvrir une autre silhouette, celle d'un homme d'une cinquantaine d'année à la chevelure grisonnante, une longue blouse blanche sur les épaules. Il s'approche de vous au moment où il vous voit se relevez et vous adresse ses mots.

"Enfin, vous voilà de retour parmi nous. Ce n'est pas que l'on s'inquiétait par les temps qui courent mais il vaut mieux être prudent."

Vous cherchez à vous caler dans le fond de votre lit mais des douleurs aux niveaux des côtes. Votre première réaction est de demander où vous vous trouver. La réponse ne se fait pas attendre, vous êtes au St-Luke Hospital. Le docteur prend alors une chaise pour s'asseoir à côté de vous.

"On vous a amené il y a 2 jours, après vous avoir trouvé inconscient dans la rue à ce qu'on m'a dit. Vous étiez plutôt dans un sale état. On a essayé de vous rafistoler comme on a pu, j'espère que le travail final ne vous décevra pas. Tenez."

Le docteur vous tend un miroir afin que vous puissiez voir votre visage.

"Nous allons vous faire passer un petit test afin de vérifier si votre mémoire n'a pas été altérée. Première question, quel est votre nom ?"

Je euh … je m’appelle Sarah. Sarah Brown. Enfin Sarah Jennyfer Brown si vous voulez tout savoir.

"Bien… vous vous souvenez peut-être également de votre âge ?"

J’ai eu 22 ans il y a deux semaines.

"Parfait, parfait… Pourrais-je vous poser une dernière question ? Ceci n'est pas indiquez dans vos papiers mais dans quel quartier travaillez-vous ?"

Je travaille dans le Queens … enfin ici en fait.

"Votre mémoire semble intact… pour le moment. Nous allons avoir un examen plus poussé par la suite. En attendant, je vais vous aider à vous lever."


Machine et psychologie
Le docteur se place à vos côtés et doucement, met votre bras sur son épaule. Malgré la douleur, vous réussissez à vous lever tant bien que mal. Il vous amène à une machine au fond de la pièce. Vous mettez quelques moments à vous remémorer de quoi il s'agit. C'est un appareil de psychologie de Harris Enterprise. Il permet de paramétrer un profil psychologique en entrant simplement quelques données. Le docteur vous explique qu'il permettra également de valider votre sortie de l'établissement si votre profil psychologique s'accentue avec le reste des données qu'il a encodées précédemment. La machine s'allume et vous demande alors d'indiquer 6 caractères psychologiques qui vous correspondent, trois dans la colonne qualités, trois dans la colonne défauts.




SociableSe méprise
AppliquéeSolitaire
Digne de confianceSecrète
DébrouillardeDépendante/droguée
DisciplinéeSoumise


Racontez-moi tout depuis le début

La machine clignote et une sa voisine commence à toussoter en faisant sortir une feuille de papier maculé de tâche d'encre. Le docteur l'attrape avant que vous ayez pu lire ne serait-ce qu'un mot et la suit de haut en bas. Vous ne le quittez pas des yeux afin de savoir s'il vous laissera sortir de là ou pas. Il garde le silence pour le moment, se contentant d'un simple haussement d'épaule avant de vous inviter à le suivre. Vous avancez, peinant à garder le même rythme que lui, vous aidant du mur pour parcourir le couloir. Après l'avoir rejoint, il vous invite à rentrer dans la pièce, ce que vous faites aussi rapidement que possible. Cette nouvelle pièce ne semble pas vraiment différente de cette que vous venez de quitter, si ce n'est qu'en lieu et place du lit que vous venez de quitter, c'est deux fauteuils qui se font face. Sur l'un d'entre eux, une jeune femme d'une trentaine d'années se lève dès que vous avez passé le pas de la porte. Elle vous adresse un bonjour, accompagné d'un sourire avant de se vous inviter à vous asseoir. Une fois en place, elle sort son bloque-note et un crayon.

"Je suis ici pour le suivit des personnes dans votre cas. Afin de voir si vous ne garder aucun traumatisme immédiat de votre accident. Je vous en prie, veuillez me raconter votre histoire jusqu'à il y a deux jours."

Tout ? Tout depuis le début ? Je ne suis pas franchement sûre que vous ayez envie d’entendre ça, ça risque d’être franchement long et ennuyeux, moi si j’étais vous … Oui je sais, je dois forcément y passer, c’est la procédure. Dans ce cas, je me lance, mais je vous préviens tout de suite, je déteste parler de ce genre de choses. D’habitude je ne parle pas de moi, je ne suis pas particulièrement fière de ma vie ou de moi-même, je ne suis pas fière de mon passé même si on m’a dit que je m’en suis bien sortie plusieurs fois … Je ne crois pas que ce soit vrai, je crois juste que … ça n’a aucune importance, vous vous ferez votre avis.

Alors je commence par où ? Mes parents ? Richard Emett Brown c’était un homme peu agréable à côtoyer pour ceux qui ne le connaissait pas. Un père aimant mais un vrai bougon, il ronchonnait tout le temps, enfin il grognait serait plus exact, il ne demandait pas il ordonnait mais il ne faisait sentir personne comme une personne de peu d’importance. C’est bizarre mais il avait ce mélange entre une autorité assez virulente qui ne donnait pas envie de se révolter et pourtant il avait toujours cette façon de trouver le meilleur chez chacun et de le valoriser. Je ne le voyais pas vraiment quand j’étais petite, il ne disait pas les compliments mais maintenant que j’y repense ils étaient toujours là dans son attitude. J’aurais beaucoup de choses à lui dire si je pouvais encore le faire. Et puis il a été là tout le temps pour moi quand j’ai eu la Benifan, ça j’ai pas oublié, bon sang c’est … pas un bon souvenir, la fatigue, la fièvre et les démangeaisons. Contente de plus pouvoir l’attraper tiens. Malheureusement ça n’est pas le cas. Il travaillait comme mécanicien d’entretien sur les métros et son temps libre, il le consacrait à ses « inventions ». Il espérait inventer quelque chose qui permettrait de vivre à la surface, un doux rêveur à sa façon mais ses inventions ne marchaient jamais. Il y en a eu quelques unes qui fonctionnaient comme son ouvre-boite à une main mais majoritairement ses inventions finissaient par prendre trop de place et ma mère de les jeter. Un jour on ne sait pas ce qui s’est passé, il soudait je crois et soudain il y a juste eu une explosion. Même pas trop forte, juste une petite explosion de presque rien, à peine de quoi me sursauter dans mon sommeil mais quand je suis entrée dans le salon-atelier … Quoi que ce soit qu’il faisait ça a explosé et un morceau de métal s’est planté dans sa tête. J’avais neuf ans … et ça m’a marquée, je crois que c’est ce jour-là que j’ai décidé de faire ma vie dans la médecine, pour aider les gens, pour ne pas qu’ils perdent leurs proches. Je sais que j’aurais rien pu faire pour mon père mais une partie de moi … c’est crétin hein ?

Donc me voilà avec ma mère. Ma relation avec elle a toujours été horriblement mauvaise et froide, je ne faisais pas d’efforts pour lui plaire, pour aller vers elle et elle … disons que rien ne lui plaisait jamais de ce que je pouvais faire de toute façon. Après la mort de mon père c’est devenu pire encore, elle disait que j’étais responsable, que s’il voulait tant inventer un quelque chose pour qu’on retourne à la surface c’était pour moi. A bien y regarder je crois juste qu’elle ne savait pas comment vivre sa mort et que finalement elle a fait sortir sa colère sur la personne qu’elle avait à portée de mots. De mots je veux dire les mots avec lesquels on parle pas les maux qui font mal, elle n’a jamais été violente, pas physiquement en tout cas. En revanche sa bouche était une arme de destruction massive de confiance en soi et d’assurance. Je parle d’elle au passé mais elle est en vie, ça fait juste cinq ans que je ne l’ai plus vue et ça ne changera surement plus alors … C’est plus facile comme ça, c’est mieux aussi sans doute. Elle n’aime pas que je lui fasse penser à mon père alors plus je suis loin d’elle mieux elle se porte et moi si je peux éviter son tir nourri de mépris je préfère ça de loin. Je l’aime hein, faut pas croire que je l’aime pas, c’est ma mère, c’est juste que … je l’aime à ma façon. C’est comme ça que mon enfance a continué, de façon plutôt pas agréable, je n’étais jamais assez bien, assez intelligente, assez quoi que ce soit. Par chance j’ai hérité d’un trait de caractère de mon père, je sais encaisser les mots. Ca valait mieux sinon je crois que je n’aurais pas la vie que j’ai aujourd’hui. Enfin elle n’est pas parfaite … Non loin de là.

Je venais de fêter mes dix-huit ans, c’était le soir même, vous savez un petit truc dans un bar avec des amies, rien de franchement grandiose, juste quelques verres en plaisantant sur notre avenir. La fin de mes études d'infirmière approchaient à grand pas alors forcément j’avais de quoi être heureuse, entre ça et la majorité qui voulait dire pouvoir finalement partir loin de ma mère. On a bu quelques verres, quelques verres de trop et puis finalement on a décidé de rentrer. Soirée ordinaire vous savez, vous rentrez euphorique, ça semble loin chez vous mais votre colocataire est avec vous alors franchement ça risque rien … J’ai toujours été contre les armes, même contre la Dynamo mais ce soir-là, je ne sais pas ce que j’aurais payé pour en avoir une … Ou quelque chose d’autre. On est rentrées, on a ouvert la porte et c’est là qu’ils nous ont poussé dedans. C’est pas … J’aime pas en parler alors je vais faire court, je suis désolée. Ils étaient quatre, nous étions incapables de nous défendre, ils ont attaché nos mains, un bâillon dans la bouche et … Tous les quatre avec chacune de nous. C’est le voisin qui a prévenu les Arkangels. Dans la panique de voir arriver les Arkangels ils sont devenus violents, ils l’ont frappée, ils m’ont frappée et ils ont … ils l’ont tuée juste avant que les Arkangels ne fassent leur travail. J’ai jamais compris pourquoi je m’en suis sortie et pas elle. Depuis ce jour je … je ne me regarde plus dans les miroirs, je n’aime plus mon reflet et plus encore je ne m’aime plus mois. Je me sens coupable et fautive, j’aurais dû … Je ne sais pas, j’aurais dû pouvoir la protéger, pouvoir la défendre mais … je n’ai pas pu et … si je n’avais pas voulu aller boire un verre pour mon anniversaire, si je n’avais pas insisté pour qu’elle vienne, si … bref, on continue ?

Après ça j’ai terminé mes études d’infirmière et j'ai commencé mes études pour devenir médecin, je voulais faire plus qu'infirmière, mieux comprendre les maladies. On me demandait souvent si j’étais sûre de moi, si j’étais capable de le faire mais c’était le moment où je me sentais le mieux finalement. Je n’avais pas le temps d’y penser, d’y repenser alors au final c’était un peu comme mon refuge. J’ai fais tout le suivis psychologique vous savez, des calmants pour les cauchemars mais … Vous me jurez que ça reste entre nous hein ? Confidentialité médicale oblige. Parce que après trois mois, les calmants ne me faisaient plus passer mes nuits alors j’ai commencé à me rendre dans le Bronx pour … quelques médications plus fortes. Ca a commencé doucement avec la Khaûma. Ca me faisait du bien, ça me soulageait complètement, j’étais simplement bien et puis pas de dépendance alors c’était vraiment parfait. Ca a bien marché pendant plus de trois ans, je n’étais pas franchement fière de moi mais ça fait longtemps que je ne suis plus fière de moi et de ce que je fais alors ça ou autre chose … C’est mieux que le suicide ou la folie. Seulement il y a quelques mois de ça je me suis rendue compte que … le phénomène d’accoutumance, besoin de doses plus fortes, je me réveillais dans la nuit et je devais prendre une autre dose c’est … ça me revenait plus cher que de prendre une drogue plus puissante. C’est là que j’ai commencé à prendre de la Red Blood mais ça n’a jamais affecté ma capacité à travailler comme infirmière ou comme étudiante en médecine, mes résultats le prouvent ! De toute façon, le secret médical, vous ne pouvez pas le répéter. Et puis personne n’a rien remarqué de toute façon, enfin personne n'a rien dit. Et puis ça ne regarde que ma vie privée et moi.

C’est là que les choses ont un peu dérapé, enfin qu’elles ne se sont pas franchement arrangées. C’était un petit budget non négligeable chaque mois et … j'étais une infirmière débutante qui fait encore des études alors c'est un petit du coup la Red Blood … Disons que ça n’entrait pas dans mon budget. Alors on m’a proposé un « arrangement ». Deux jours par semaine de venir dans le Bronx pour travailler en échange des doses. Un après-midi de mes jours de libre à danser comme strip-teaseuse dans un bar, enfin après-midi … de 13 heures à 21 heures, une équipe quoi. L’autre c’est une nuit où je veille à … la satisfaction de certains clients un peu plus aisés ou simplement se payant une soirée plus … chaude ou quand il n’y a pas de ceux-là ce sont des clients plus modestes et donc de « travailler » plus longtemps. Je sais que ce n’est pas … mais j’ai besoin de ces doses pour dormir enfin pour planer et ensuite … j’arrive à dormir. Mais je vous assure que ce n’est que le soir, ça n’a jamais posé problème avec mon travail, je le jure, et puis maintenant que je suis vraiment infirmière je … Non je vais pas mentir, j’ai proposé de payer à nouveau avec des Bullets mais … ils ne veulent rien savoir, je crois que je leurs rapporte plus à … faire ce que je fais.

Encore une fois, je suis une infirmière douée et professionnelle, ce qui se passe dans ma vie privée, les cauchemars, mon deuxième « travail », la Red Blood, ça n’interfère pas, je le jure.


L'aube d'un jour nouveau

Une fois votre histoire terminée, le docteur entre dans la pièce, avec ce qui vous semble être votre dossier dans les mains. Il marmonne quelques mots avant de vous inviter à partir, l'hôpital ne pouvant plus faire grand-chose pour vous. Il vous tend cependant une béquille pour vous aider à marcher. Vous vous relevez et saisissez l'objet afin de quitter les lieux mais, alors que le docteur vous accompagne vers la sortie, plusieurs questions se bousculent dans votre esprit. Vous ne savez pas trop comment formuler votre question et hésitez à les poser jusqu'au moment où la porte principale est poussée pour donner dans un des tunnels du Queens. Avant de passer le pas de la porte, vous vous tournez vers l'étrange bonhomme et lui demandez brièvement des explications sur certains propos énoncé depuis son réveil, notamment sur "les personnes dans son cas". Le docteur pris une profonde inspiration, comme si répondre à la question l'embêtait plus qu'autre chose.

"New York est devenu une ville dangereuse aussi bien à la surface que dans ses tunnels. Vous n'êtes pas le premier à nous parvenir dans cet état et je crains fort que vous ne soyez pas le dernier. Mais quelque soit le responsable de votre état, il n'est pas de mon ressort de vous apporter les réponses. Je vous souhaite un bon rétablissement et excusez-moi, j'ai d'autres patients dont je dois m'occuper."

Vous quittez ainsi l'hôpital afin de vous rendre chez vous au plus vite. Même si les questions sont toujours bien présentes, New York est une ville où la vie se doit de continuer…


Dans une autre vie

♦Pseudo : Pink
♦Fréquence de connexion : 5/7
♦Comment avez-vous connu le forum ? Marvel Civil War !
♦Comment trouvez-vous le forum ? Très beau !
♦Membre de la pègre ? OUI - NON
♦Membre des frères de Pandore ? OUI - NON


Dernière édition par Sarah Brown le Mar 26 Fév - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ð Isaac J. O'Brian ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 245
Date d'inscription : 28/03/2012
Métier : La voix de New-York
Age : 27 ans


MessageSujet: Re: Sarah Brown - Terminée   Mar 26 Fév - 23:17

Bienvenue Youpi

Déjà, qu'est ce que c'est que cet avatar dans la fiche de présentation ? OO avoue, tu veux que je commette l'adultère ? Ben manque de chance je suis super fidèle mouhahahahaha *out*

Je viens de lire ta fiche et j'aime bien ton histoire, tu as totalement utilisé l'univers et ça fait plaisir de voir ça idée

Il y a cependant un ou deux petits détails à revoir. Déjà, il manque 4 traits de caractères et puis il y a une erreur dans ton histoire, l'école est obligatoire jusqu'à 15 ans et c'est à ce moment là que les enfants deviennent apprentis dans le métier de leur choix. Donc, à 18 ans, elle apprenait déjà à être infirmière ^^

Change ces deux petits détails et je te valide sans problème Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyondthesunrpg.forumgratuit.be

ð Sarah Brown ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 6
Date d'inscription : 26/02/2013
Métier : Infirmière
Age : 22 ans


MessageSujet: Re: Sarah Brown - Terminée   Mar 26 Fév - 23:53

Merci beaucoup et oui il faut bien utiliser tout l'univers ! Il est là pour ça non ? Et puis quelqu'un s'est donné du mal à l'écrire !

Pour le caractère je dois dire que j'ai trouvé bizarre aussi de devoir enlever des balises mais les consignes sont les consignes :

Citation :
La machine s'allume et vous demande alors d'indiquer 6 caractères psychologiques qui vous correspondent, trois dans la colonne qualités, trois dans la colonne défauts.

La fiche est éditée et complétée et pour l'avatar, tu sais ce qu'on dit, qui ne tente rien ... Et puis qui te dit que ce n'est pas plutôt l'épouse qui m'intéresse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ð Isaac J. O'Brian ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 245
Date d'inscription : 28/03/2012
Métier : La voix de New-York
Age : 27 ans


MessageSujet: Re: Sarah Brown - Terminée   Mar 26 Fév - 23:58

F****CK, j'avais complétement oublié de changer ce chiffre xD Merci de me le faire remarquer xD

Bref, je te valide de suite et je te souhaite un bon jeu parmi nous ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyondthesunrpg.forumgratuit.be

ð Sarah Brown ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 6
Date d'inscription : 26/02/2013
Métier : Infirmière
Age : 22 ans


MessageSujet: Re: Sarah Brown - Terminée   Mer 27 Fév - 0:29

Merci beaucoup, quelle rapidité d'exécution !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ð Isaac J. O'Brian ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 245
Date d'inscription : 28/03/2012
Métier : La voix de New-York
Age : 27 ans


MessageSujet: Re: Sarah Brown - Terminée   Mer 27 Fév - 0:33

C'est pas comme si pour le moment, j'avais 40 fiches à valider par jour Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyondthesunrpg.forumgratuit.be

ð Contenu sponsorisé ð
PERFECT MEMBER








MessageSujet: Re: Sarah Brown - Terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sarah Brown - Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bethany Brown [terminée]
» accepteras-tu un jour de me pardonner ? ㄨ Sarah & Xander (terminé)
» Tous sur Brown GP
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond The Sun RPG :: The Journey Begins :: Dawn of a New Day :: Validated Records-