AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Forum Fantastique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ð Isaac J. O'Brian ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 245
Date d'inscription : 28/03/2012
Métier : La voix de New-York
Age : 27 ans


MessageSujet: Forum Fantastique   Dim 3 Mar - 2:36

Magic is Coming
Staff
Mr. Gold
Nombre de lignes
15

Contexte

Il Était Une Fois...
Une forêt enchantée où vivaient tous les personnages
de contes. Nous les connaissons bien...

Ou du moins, nous le croyons.

Un jour, ils se trouvèrent piégés dans un monde où
les fins heureuses n'existaient plus.

Notre monde.

Voici comment tout a commencé...



Once Upon A Time...




Le prince charmant s'approche du tombeau de verre où se trouve Blanche Neige, allongée sans vie après avoir croqué dans une pomme empoisonnée par un puissant maléfice. Désirant dire au revoir à son véritable amour, le prince se penche vers Blanche et lui offre un dernier baiser. La malédiction du sommeil éternel fut brisé. Blanche Neige ouvrit les yeux, à la surprise générale...

La fin de l'histoire de ces deux personnages, nous la connaissons tous. Ils se marièrent et vécurent heureux. Ou du moins, c'est ce que les livres nous racontent, car la réalité est tout autre. Au cours du mariage de Blanche Neige et de son prince, la méchante Reine vient annoncer une nouvelle qui bouleversera à jamais le bonheur de chacun. Bientôt, une malédiction s'abattra sur tout le royaume.

« Bientôt, tout ce que vous aimez, vous tous ici présent, vous sera enlevé ! Pour toujours ! Et de votre malheur je tirerai ma plus grande victoire ! Je jure de réduire à néant votre bonheur ! Je jure de le faire, quoi qu'il m'en coûte. »



La méchante Reine s'apprête à lancer son maléfice. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que Blanche Neige vient de donner naissance à sa fille du nom d'Emma. Celle-ci est envoyé dans notre monde, grâce à une armoire enchantée, afin que vingt-huit ans plus tard, elle brise la malédiction. Pensant maudire tout le royaume, la Reine se délecte de voir la magie envahir les terres.


28 ans plus tard...





Emma Swan fête ses vingt-huit ans. Seule dans son appartement, elle s'offre un petit moment de célébration en soufflant sur une bougie et fait le vœu de ne pas être seule pour son anniversaire. A peine la bougie est-elle éteinte qu'on sonne à sa porte. Emma Swan découvre un jeune garçon qui se présente comme son fils. Ne désirant pas que son passé la rattrape, la jeune femme décide de reconduire l'enfant chez lui, avec sa famille adoptive qui doit s'inquiéter de son absence.

En route, le jeune Henry Mills confie à sa mère biologique qu'il vit dans une ville où tous les habitants sont des personnages de contes. La jeune femme a du mal à le croire et le ramène à sa mère adoptive qui n'est autre que le Maire de la ville. Alors qu'Henry part se coucher, les deux mères ont une discussion. Emma rassure la mère adoptive d'Henry : elle ne compte pas entrer dans sa vie ni celle d'Henry. En voulant repartir à Boston, Emma aperçoit un loup sur la route, à la limite de la sortie de Storybrooke. Sa voiture percute le panneau de la ville et la jeune femme se retrouve assommée au volant de son véhicule.

S'en suivent alors des évènements pour le moins troublant. Emma est au poste du shérif pour état d'ébriété au volant d'une voiture. Henry a encore disparu et Regina, sa mère adoptive, est inquiète. Emma sort finalement de prison et part à la recherche de l'enfant. Celui-ci se trouve dans son aire de jeux favorite et semble triste. Il confie à Emma son histoire au sujet des contes et de la malédiction. Même si elle ne le croit pas sur toute la ligne, la jeune femme sent que Henry n'est pas heureux.

Emma est la seule à pouvoir sauver les habitants de la malédiction. Tant qu'elle ne croit pas que les histoires que lui raconte son fils sont bien réelles, la jeune femme empêche les habitants de se souvenir de qui ils sont réellement. Seule Regina Mills se souvient être la méchante Reine, tout comme Mr.Gold se souvient être Rumplestiltskin. Les autres habitants mènent donc une vie que la méchante Reine leur a choisi, les séparant de ceux à qui ils tiennent le plus au monde. Plus Henry réussira à rassembler les morceaux, plus la malédiction s'affaiblira. Encore faut-il que Emma ouvre les yeux sur son destin.

Alors que Emma décide de rester à Storybrooke pour son fils, l'horloge de la ville, qui était figée sur 20h15 depuis près de vingt-huit ans, se remet à fonctionner...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyondthesunrpg.forumgratuit.be

ð Isaac J. O'Brian ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 245
Date d'inscription : 28/03/2012
Métier : La voix de New-York
Age : 27 ans


MessageSujet: Re: Forum Fantastique   Dim 3 Mar - 2:51

Fairview Tales
Staff
Grace Baker
Wren Kennedy
Bonnie Cartwright
Bethany Scrimgeour
Nombre de lignes
10

Contexte

Il était une fois, dans un monde merveilleux appelé Goldendust un Roi d'une sagesse et d'une bonté
incomparables. Souverain admiré et respecté de toutes les provinces du pays, il régnait paisiblement sur les habitants grâce à son esprit éclairé et aux conseils avisés des fées de Summerhall, qui lui vouaient la plus fidèle des allégeances. De son temps, jamais Goldendust ne fut aussi en paix. Les âmes les plus noires du royaumes, exilées dans de lointaines contrées inhospitalières par les forces unifiées des provinces ne représentaient pas une menace... du moins en apparence et chacun vivait dans l'opulence et l'allégresse la plus complète. Malheureusement, l'équilibre du royaume ne tenait qu'à la lignée exceptionnelle des souverains de King's Landing, protecteurs de Goldendust depuis des siècles et des siècles. Or, le Roi Midas se faisait vieillissant et la question de sa descendance devenait aussi pressante qu'épineuse. En effet, l'épouse du monarque (décédée en couches) lui avait donné deux robustes garçons, nés à la minute près. Si le trône devait revenir selon la Loi à l'aîné, comment départager les deux hommes du même âge sans ne froisser personne ? Effrayée par les conséquences désastreuses que pourraient avoir la montée de Beau sur le trône, La Fée Bleue conjurait le Roi Midas d'offrir Goldendust à James, son fils le plus raisonnable. Chacun louait les bonnes manières du Prince et ses innombrables qualités qui le rapprochaient tant de son père. Mais le Roi Souverain était un homme juste et ce profond sens de l'équité qui l'éclaira durant tout son règne le perdit. Malgré le sombre caractère du Prince Beau et ses (trop) nombreuses escapades au sein des Terres Interdites qu'il peinait à étouffer, le Roi Midas n'était pas prêt à écarter son fils du trône. C'est pourquoi il organisa un tournoi gigantesque dans tout le royaume afin de départager ses fils. Chaque province fut mise à contribution afin de créer une compétition délicate, éprouvant les Princes dans le but de tester leurs aptitudes à gouverner un royaume. Alors que tous les espoirs convergeaient vers James, le Prince Charmant, connu pour être un preux chevalier, celui que l'on surnommait en secret le Prince Noir se révéla bien plus agile et malin qu'escompté. Au fil des épreuves, il devint de plus en plus avéré que xx possédait un avantage surnaturel qui lui permettait de les survoler sans difficultés. Malheureusement, tous ceux qui venaient à douter de façon trop arrêtée sentaient leur sang se glacer dans leurs veines et périssaient. Aveuglé par l'amour qu'il portait à sa famille toute entière, le Roi Midas nia farouchement toute accusation de tricherie et offrit à son fils la récompense suprême : sa couronne.

Q
uelques temps à peine après cet échange de formalités, le bon Roi périt rapidement, emporté par une maladie foudroyante. Pourtant, une rumeur enflait et prétendait que la Sorcière Blanche de la Montagne d'Argent était responsable de ce décès infortuné : le coeur du Monarque s'était transformé en un organe de glace, brisé. C'est alors que Goldendust connut ses heures les plus sombres : Le Prince Noir monta sur le trône aux côtés de celle qu'il choisit pour épouse. Une femme au coeur aussi froid que la glace et aux yeux métalliques, issue des fameuses montagnes d'argent. Son lien de parenté avec la Sorcière Blanche ne fut plus un secret dès lors que cette dernière rejoignit King's Landing pour devenir conseillère privilégiée du royaume. Beau fit exiler son frère et la plupart de ses soutiens connus dans les Terres Interdites, autrefois réservées aux âmes maléfiques. Alors, les ténèbres s'abattirent sur Goldendust. Le nouveau Roi Supérieur régnait d'une main brutale sur son royaume, réprimait avec violence le moindre soulèvement populaire et achetait la fidélité de ses plus proches gardes grâce à sa fortune inestimable. Quant à la Reine, elle ne semblait jamais rassasiée de magie et travaillait d'arrache-pied afin de devenir la plus puissante, usant les prisonniers de son époux comme cobayes. Dévorée par l'ambition, elle finit par assassiner sa propre mère afin de posséder l'étendue de ses pouvoirs. Bien sûr, au sein des provinces, une résistance s'organisait. Les seigneurs se liguaient dans l'ombre contre le monarque usurpateur et le courage ne manquaient pas aux habitants qui menaient d'épuisantes batailles.

N
éanmoins, l'équilibre des forces leur était défavorable et pour la première fois depuis l'extinction des elfes lors d'une guerre sanglante, la balance ancestrale entre le bien et le mal était déréglée et menaçait Goldendust tout entier. C'est pourquoi l'Ordre magique mené par la Fée Bleue et établi à Summerhall prit la décision la plus importante de toute son existence : il fallait mettre un terme à cette situation catastrophique, par tous les moyens. Au prix de longs mois d'efforts pendant lesquels les batailles faisaient rage entre le Roi Souverain, ses alliés maléfiques et les puissances rebelles des provinces insoumises, les fées et Merlin parvinrent à mettre au point un puissant enchantement qui les sauverait tous...



Aaron referma délicatement le livre de contes avant de déposer un baiser sur le front de porcelaine de la petite Daisy... qui fronçait les sourcils. « Papa, pourquoi le livre il est triste ? » Les lèvres de l'homme se fendirent d'un sourire attendri tandis qu'il réfléchissait à la meilleure réponse, qui ne venait pas. C'est vrai que ce conte était le plus étrange qu'il n'avait jamais lu. Il omit d'ailleurs de nombreux passages pour épargner à la petite fille des scènes de combat violentes entre des héros vaincus et des méchants triomphants. « Il n'est pas triste voyons, les fées ont trouvé une solution pour que tout finisse bien. Ensuite, ils vécurent heureux et eurent de nombreux enfants comme dans tes autres livres ma chérie. » Ensommeillée, la petite Daisy n'en restait pas moins sceptique et perturbée par la lecture de ce conte : les enfants distinguaient bien plus facilement le surnaturel que leurs aînés. « Alors pourquoi le conte ne nous raconte pas tout ça ? Pourquoi le livre n'est pas terminé ? Et c'est quoi l'enchantement des fées ? » Une main derrière la nuque, Aaron expira un grand coup tandis que son cerveau réfléchissait à la vitesse de lumière pour inventer une solution qui satisferait la curiosité sans limite de sa petite fille. La vérité, c'est qu'il n'avait jamais été très imaginatif comme garçon. Lui, c'était un médecin sérieux qui n'avait pas le temps pour ces balivernes. « J'en sais rien Daisy. Sûrement pour que les petites filles comme toi puissent imaginer ce qui leur plairait le plus et finir le conte ? Allez, il est l'heure d'aller au lit, tu auras tout le temps d'y penser demain. » Aaron gratifia la joue ronde de sa fille d'un nouveau baiser et recouvrit le corps gracile d'un drap avant d'éteindre la lumière. Alors qu'il se relevait, Daisy le retint par le bras, secouant sa manche d'une manière enfantine adorable : « Papa, moi je sais ce que les fées ont fait pour sauver Goldendust ! » Face aux yeux pétillants de Daisy qu'il distinguait dans l'obscurité, Aaron n'eut pas le coeur d'interrompre son enthousiasme débordant. « Pour rétablir la balance et tous les sauver, elles ont crée le plus puissant des enchantements et celui-ci a transporté tous les habitants dans un autre univers que le leur afin de recommencer à zéro. Même les plus méchants parce que les gentils pensent toujours qu'ils peuvent changer. Mais pour ne pas prendre de risques, les fées auraient pris soin d'effacer leur mémoire ! Comme ça, ils pourront recommencer une vie saine. Peut-être qu'ils seraient un peu grognons et vilains mais pas démoniaques. Et de toute façon, le nouveau monde choisi n'aura pas de magie pour ne pas prendre de risques. Bien sûr, les gentils eux conserveraient leur mémoire pour retrouver leur grand amour et vivre heureux à tout jamais. C'est une chouette idée, hein Papa ? » Surpris par l'imaginaire galopant de sa fille, Aaron hocha la tête, pensif. « C'est une jolie fin ma puce. Mais Goldendust ne leur manquerait pas, à tes personnages de conte ? » Pas décontenancée pour un sou par cette interrogation, Daisy poursuivit du même ton volubile et excité : « Mais non, parce qu'ils seront tous heureux pour toujours dans cet autre univers. En plus, tout le monde aurait une apparence jeune pour s'offrir une seconde vie. Enfin, normalement. Mais c'est un sort très très puissant et peut-être que les fées n'ont pas été fortes pour le lancer convenablement ? Peut-être même que tout le monde ou presque a perdu la mémoire de Goldendust et qu'ils ne se rappellent pas de leur ancienne vie et de leur amoureux ? C'est possible, non ? Je trouve que ma maîtresse ressemble à une princesse. » La voix fluette de l'enfant s'évanouit lentement tandis ses yeux papillonnaient, tâchant vainement de rester éveillés. Quelques instants plus tard, Daisy dormait à poings fermés et ce fut au tour d'Aaron de rejoindre sa femme et son lit. Étrangement, il peina à trouver le sommeil. Les paroles de sa fille l'avaient frappé, pour une raison qu'il ne s'expliquait pas. Quelque part en lui s'embrasait la conviction que Daisy n'aurait pu inventer une histoire aussi détaillée et rocambolesque en quelques secondes. Quelque chose essayait d'atteindre sa conscience mais n'y parvenait pas et il resta allongé de longues heures, avec la sensation frustrante qu'il était à deux doigts d'une découverte majeure. Lorsqu'enfin Aaron ferma les yeux pour sombrer dans le sommeil, il eut un flash étrange, d'à peine une seconde. Il se vit chevaucher au sein d'une sombre forêt en tranchant vaillamment les branches qui obstruaient sa route. Tandis qu'il lançait son cheval au galop de plus en plus vite, il ne pensait qu'à une chose : un visage de femme à la beauté imparable mais qui ne ressemblait en rien à la créature alanguie à ses côtés, dans le lit marital. Et puis, Aaron tomba dans un sommeil lourd et sans rêves. Le lendemain matin, tout s'était envolé : aussi bien ses doutes que l'image fortuite qui s'était insinuée quelques secondes dans son esprit. Debout aux aurores comme à son habitude, il recommença la même routine sans se poser davantage de questions sur cette existence factice...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyondthesunrpg.forumgratuit.be

ð Isaac J. O'Brian ð
PERFECT MEMBER

avatar




Messages : 245
Date d'inscription : 28/03/2012
Métier : La voix de New-York
Age : 27 ans


MessageSujet: Re: Forum Fantastique   Jeu 7 Mar - 23:47

Isaac J. O'Brian a écrit:
Season in the Abyss
Staff
Killian N. McNaoimhìn
Alistair S. Campbell
Ciarán Rushbury
Nombre de lignes
15

Contexte

Que ferions nous d’un monde sans ombres ? D’un monde sans mal ? Sans que l’obscurité ne vienne tenter de corrompre la lumière ? L’histoire des anges n’a jamais intéressé personne. Soyons honnêtes. La seule et unique chose qui nous tente a toujours été le mal. Faire le mal. Qui pourrait y résister ? Qui pourrait refuser simplement ? Un saint ? Voyons, les saints n’existent pas, pas plus que les miracles. Cessez de croire à l’Eden, au Paradis, à ces contes qu’on raconte aux enfants pour qu’ils s’endorment plus vite le soir. Le monde a toujours été régi par le mal. Et qu’est-ce que le mal ? Un germe niché en votre sein depuis votre naissance, vous poussant à observer avec envie la femme de votre voisin, à jalouser votre frère, à pourfendre le crâne de celui qui vous a volé avec une pierre taillée au préalable ? Ou n’est-ce pas une lutte acharnée, intérieure, entre votre morale et vos instincts. Cette lutte a toujours existé. Et l’humanité a toujours été quelque part entre les deux, parfois commettant le pire, parfois se rachetant.

Mais lorsque le monde s'est effondré, lorsque les catastrophes naturelles se sont enchaînées détruisant un peu plus notre cosmos, lorsque le krach boursier de 2025 a divisé le monde en deux, réduisant les plus riches à des mendiants, lorsque Pinxit Industries poussait la quête de perfection à l'extrême en signifiant au premier venu le remplacement de son bras valide par une armature en métal, lorsque les villes les plus prospères sont tombées, lorsque la centrale nucléaire de Saint Alban a explosé ravageant la France et une bonne partie de l'Europe, lorsque les riches se sont enfermés dans des citadelles, lorsque nous avons vu apparaître une mutation de l'ADN humaine offrant des pouvoirs extraordinaires : des humains qu'on finit par nommer "mutants", lorsque les hommes et les femmes ont commencé à se déchirer, lorsque les activités criminelles ont commencés à embaucher plus de la moitié de la population anglaise, lorsque nous avons envoyés les mutants dans des camps de régression... Une envie de sourire, ou de vomir. Jamais nous n'aurions pu imaginer que tout cela était dû en partie à notre bêtise, notre orgueil et à une poignée de démons bien placés, influant sur les plus puissants de cette Terre.

Et lorsque le Consortium a tenté de nous prévenir, seule barrière que nous possédions contre les démons, forces du mal, les sorciers noirs servant ces ténèbres et les hérésies : leur création. Bien sûr, nous avons fermé les yeux, bouché nos oreilles, refusé d'entendre la sordide vérité. Nous avons préféré nous enfoncer un peu plus dans notre misère. Et pourquoi écouterions-nous ? Pourquoi tenterions-nous de sauver ce monde alors que nous sommes si préoccupés par nos propres problèmes ? Essayez donc de vous en sortir dans ce qu'on appelle aujourd'hui le ghetto, lorsque vous devez vous débrouiller avec quelques tickets pour vous nourrir, dans de malheureux hangars où l'on vend de la nourriture avariée en acceptant un emploi mal payé où vous allez trimer durant 45heures par semaine... Quant on songe à ceux qui vivent dans le luxe dans la Citadelle, qui poussent chaque jour, chaque seconde, cette quête de la technologie suprême un peu plus loin, en quoi est-ce étonnant si aujourd'hui, les humains se tournent vers d'antiques croyances, des dieux multiples, côtoient les fantômes, se racontent d'étranges histoires, et que la magie reprend ses anciens droits sur l'humanité agonisante.




Univers Géopolitique

2045, une année de plus dans un enfer miteux où l'on a cessé d'espérer un futur meilleur.
Ça fait vingt ans que cette merde dure, vingt ans que la société s'est pratiquement effondrée sous l'effet d'un krach boursier sans précédent. Le pire a sans nul doute été l'année du krach, quand les gens se sont balancés du haut des immeubles, quand des employés se sont immolés pour protester contre les licenciements en masse, ouais, ça a sans doute été la pire année. 2025, tout le monde s'en souvient encore. On avait enfin redressé la barre après le krach de 2009, on avait réussi à garder l'euro et le dollar, le prix de l'essence était enfin redescendu et là, tout s'est embrasé. L'occident s'est pris une claque magistrale et ne s'en est pas relevé. Même la Chine a sacrément perdu de plumes dans l'histoire. Mais en Amérique et en Europe, ça a été la fin. Certains pays d'Europe sont plus pauvres que l'Afrique équatoriale. L'Angleterre et l'Allemagne sont les seuls pays qui ont réussi à ne pas s'effondrer totalement. Mais à quel prix ?

La classe moyenne a totalement et définitivement disparu. Il y a d'un côté les très riches qui vivent dans de véritables citadelles, des villes fortifiées, usant d'hélicoptères pour se déplacer, luttant avec acharnement contre les gigantesques réseaux mafieux et criminels. Et de l'autre, il y a les autres. Ceux qui survivent dans un monde où la loi peine à régner encore. De nombreuses villes sont devenues des « tribus », s'auto-gérant du mieux qu'elles peuvent, mais les tribus se font sans cesse la guerre. Et puis il y a les grandes villes, comme Edimbourg, qui sont devenues de gigantesques ghettos. Une grande partie de la ville est devenue une jungle urbaine où la loi du plus fort s'est imposée. Dans le ghetto, aucun flic n'ose y mettre les pieds et obtenir ou même ne serait-ce que chercher un travail, un vrai, parce qu'après tout, c'est simplement la chose la plus difficilement envisageable. Jamais le monde de l'illégalité n'a autant attiré. Prostituées, voleurs, trafiquants en tout genre, sont devenus les métiers les plus attirants et les plus prometteurs. Parce qu'il s'agit de survie, de pognon et de peur.

Nous sommes à Edimbourg. Nous sommes le peuple de ses rues, nous vivons dans le ghetto et nous survivons comme nous pouvons.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyondthesunrpg.forumgratuit.be

ð Contenu sponsorisé ð
PERFECT MEMBER








MessageSujet: Re: Forum Fantastique   

Revenir en haut Aller en bas
 

Forum Fantastique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LIVRES ET ROMANS FANTASY/FANTASTIQUE
» [Hentaï] Le Grand Jeu
» Forum fantastique: Gothaku.
» Une ptite signature pour Jey' (:
» Magna Trinitas || Forum fantastique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond The Sun RPG :: Time to Breathe :: Frenship All Over the World :: Our Friends-